Une opportunité inouïe s’est présentée en avril 2022, puis en juin, mais elle n’a pas été saisie, même si c’est de peu

Jean-Luc Mélenchon, avec l’Union Populaire, puis la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, était le choix à faire pour déclencher un autre avenir aux antipodes du désastre qui s’approche à la vitesse de la lumière et dont nous subissons déjà âprement les effets, qu’ils soient sociaux ou climatiques.

Il aurait fallu pour cela qu’il soit présent au second tour de la présidentielle pour amplifier et concrétiser l’espérance ainsi levée, ou à défaut que la NUPES obtienne la majorité absolue aux législatives de juin.

 

Au fur et à mesure que les jours se fracassent vers le grand basculement social et climatique destructeur du vivant et de la planète (reculs sociaux, réchauffement climatique, sècheresse, pénurie d’eau), j’espère à minima que ceux qui n’ont pas porté une attention suffisante au programme Avenir en Commun dont le contenu porte la bifurcation nécessaire et incontournable pour le pays et le monde mais aussi pour leur propre situation, commencent à réaliser l’irresponsable erreur historique de leur vote pour l’arc néolibéral du PS hollandais au RN et surtout de leur abstention qui ont fermé la porte à l’indispensable rupture avec un système économique mortifère. Cette responsabilité est collectivement la somme des choix ou non choix individuels, constat qu’il ne faut pas mettre sous le tapis quelles que soient les raisons, mêmes objectives, du dégoût de la politique, mais aussi le résultat d’une volonté d’états-majors politiques au moment de la présidentielle d’empêcher Mélenchon d’accéder au second tour (PS, PCF, EELV) alors qu’avec le retrait de leurs candidats tout aujourd’hui serait différent aussi bien dans l’immédiateté comme le pouvoir d’achat que pour l’avenir à plus long terme avec la mise en place d’orientations visant cette bifurcation écologique alors qu’aujourd’hui rien n’est mis en mouvement et rien ne le sera..

 

Ceci étant posé et qui restera la pierre angulaire d’un raisonnement pour tout esprit ayant compris la nécessité de cette rupture (enfin !), je pense qu’il est temps de saluer et de remercier Jean-Luc Mélenchon non seulement pour son immense travail  personnel appuyé par une équipe d’une compétence hors du commun mais également pour sa stratégie visant à sauver, rassembler et à remettre en état de combat cette gauche de rupture et de transformation sociale totalement atomisée et que l’on pensait, il y a encore 10 ans, complètement dissoute par l’acidité des trahisons sans fin comme cela a été acté dans d‘autres pays européens.

Merci donc de l’avoir réveillée et pour tout dire réanimée, de l’avoir reconstruite

Merci pour votre opiniâtreté, votre force de conviction et votre esprit brillant mis au service de ce combat que beaucoup pensait perdu, inutile, irréaliste

Merci, malgré les obstacles, d’avoir tenu bon, contre vents et marées

Merci pour cette stratégie  qui a enfin permis au 1er tour de la présidentielle de faire trancher le peuple de gauche qui, avec 22%, a décidé que la centralité à gauche était celle de la rupture autour de laquelle les autres devaient se rapprocher et faire bloc et merci à cette occasion d’avoir fait acter  que cette gauche était toujours là et aujourd’hui en dynamique

Merci, malgré un environnement politique hostile et moqueur au départ, pour cette stratégie menée de main de maitre qui a permis d’aborder les législatives de manière optimiste grâce à la fois à votre « candidature » au poste de 1er ministre, aux candidatures uniques de la NUPES dès le 1er tour (historique car jamais réalisé) et au programme partagé, largement inspiré de l’Avenir en Commun.

Cette stratégie a porté l’ensemble de la gauche (NUPES) à la première place en nombre de voix, chose impensable il y a encore 1 an, et a permis d’éliminer 200 candidats RN du second tour. Sans la candidature unique dès le 1er tour le RN n’aurait pas 89 députés mais aux alentours de 200. Un vrai barrage de salubrité publique. Elle a permis aussi, même si l’objectif était plus ambitieux, de faire en sorte que Macron n’ait pas de majorité absolue.

 

La nouvelle configuration de l’Assemblée nationale, après deux mois de fonctionnement vient de montrer de manière éclatante que la seule et vraie opposition au macronisme c’est la NUPES au sein de laquelle LFI joue un rôle moteur. Qui que ce soit a pu constater que LR et RN sont les supplétifs de la macronie notamment pour refuser aux français un vrai soutien en terme de pouvoir d’achat (SMIC, blocage des prix, taxe des super profits..). Quant aux castors qui ont voté Macron dès le 1er tour de la présidentielle pour faire barrage à Le Pen, ils peuvent s’en féliciter : nous avons pu voir quasiment en direct les tambouilles  entre Renaissance et RN/LR afin d’attribuer des postes au RN et LR et en priver la NUPES, des responsables macronistes refusant d’appeler à voter NUPES en cas de duel avec le RN ce qui a permis à ce dernier d’obtenir 89 députés (ils auraient dû en avoir moitié moins), et pour couronner le tout un député LREM qui fait le salut nazi en pleine Assemble Nationale.

 

Bonnes vacances !

Retour à l'accueil